L’hydrogène, le gaz le plus léger et le plus abondant sur Terre, a le potentiel de décarboner les transports et de changer l’avenir énergétique de la planète.

Ce serait une avancée importante. Le secteur des transports produit près du tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre selon l’Environmental Protection Agency (EPA), l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis. L’hydrogène représente donc une occasion exceptionnelle de réduire les émissions de carbone. En effet, cette source d’énergie alternative sans carbone ne laisse aucune trace de pollution atmosphérique, seulement de la vapeur d’eau.

Ses avantages pour un avenir axé sur l’énergie propre sont indéniables.

« L’hydrogène a du potentiel en tant que source de carburant et pour les technologies de stockage de l’énergie », a indiqué Christian Zinglersen, chef du Secrétariat de la réunion ministérielle sur l’énergie propre (CEM). « Le virage vert amorcé à l’échelle planétaire ouvre d’énormes possibilités pour l’hydrogène et les piles à combustible. »

Sur le plan scientifique, produire de l’hydrogène n’a rien de compliqué. Il s’agit de séparer les molécules d’oxygène et d’hydrogène dans l’eau à l’aide d’énergie renouvelable comme l’énergie solaire, l’éolien ou même l’hydroélectricité. L’hydrogène ainsi isolé peut être utilisé directement dans des piles à combustible pour produire de l’électricité, propulser des véhicules ou alimenter un réseau électrique.

C’est le moment où jamais d’exploiter cette source d’énergie propre, abondante et abordable. Selon M. Zinglersen, l’hydrogène est à un moment crucial : les gouvernements reconnaissent le rôle qu’il peut jouer dans la réduction des émissions de carbone, et les investisseurs sont conscients des bienfaits qu’il peut apporter au monde entier.

De grands centres urbains passent déjà à l’action. Toronto, la plus grande ville au Canada, a annoncé une étude de faisabilité sur la construction d’un réseau ferroviaire à hydrogène. L’Allemagne a une longueur d’avance, elle qui a procédé en 2018 au lancement commercial du Coradia iLint d’Alstom,  le premier train à hydrogène au monde.

L’avenir de l’hydrogène sera l’un des grands sujets à l’ordre du jour des réunions ministérielles de la CEM10/MI4 qui se tiendront cette année à Vancouver du 27 au 29 mai. À cette occasion, les ministres de l’énergie de plus de 25 pays discuteront des possibilités et des défis associés à un avenir énergétique propre, et une nouvelle initiative sur l’hydrogène sera lancée qui mettra l’accent sur la commercialisation de l’hydrogène dans tous les secteurs de l’économie.

 

Pour plus d’information

L’économie de l’hydrogène – Lancement d’une nouvelle initiative sur l’hydrogène